refouler


refouler

refouler [ r(ə)fule ] v. tr. <conjug. : 1>
XII e; de re- et fouler
Fouler, pousser en arrière.
1Techn. Comprimer avec un outil percutant. Refouler un métal, le repousser pour resserrer un assemblage.
2Pousser en arrière, faire reculer. Refouler un train, le faire reculer en le poussant avec la locomotive. Pomper et refouler un liquide. « Un vertige qui refoula le sang vers son cœur » (Vigny) ( refluer) .
Mar. Refouler le courant, la marée : s'avancer contre le courant.
3(1824) Faire reculer, refluer (des personnes). Refouler des envahisseurs, l'armée ennemie. chasser, 1. repousser. Les clandestins ont été refoulés à la frontière. expulser.
4(fin XVIIIe) Fig. Faire rentrer en soi (ce qui veut s'extérioriser, s'exprimer). comprimer, contenir, étouffer, refréner , réprimer, retenir. Refouler ses larmes. Refouler sa colère, son désir. Une passion « depuis des années refoulée » (F. Mauriac).
(1905) Psychan. Rejeter, éliminer inconsciemment (un désir, une idée pénible). censurer; refoulé. Refouler son agressivité.
5Intrans. Refouler les liquides. Tuyauterie, siphon qui refoule. Loc. pop. Refouler du goulot : avoir mauvaise haleine.
⊗ CONTR. Attirer; admettre. Assouvir; défouler.

refouler verbe transitif Repousser quelqu'un, un groupe, les faire reculer par la force ou les empêcher de passer quelque part, de pénétrer dans un lieu, notamment dans un pays : Refouler des immigrants à la frontière. Faire refluer un liquide en s'opposant à ce qu'il s'écoule : La marée refoule les eaux d'un fleuve dans son estuaire. Empêcher une réaction de s'extérioriser ou refuser de laisser s'exprimer une tendance naturelle, un sentiment : Refouler sa colère. Armement Comprimer, bourrer ou pousser avec le refouloir. Chemin de fer Faire reculer une rame à l'aide de l'engin moteur. Métallurgie Exécuter un travail de forge pour augmenter la section initiale d'une pièce. Psychanalyse Soumettre au refoulement. Technique Déplacer un fluide dans une tuyauterie grâce à une machine, pompe ou compresseur, assurant une vitesse et une pression plus élevées. Faire entrer de force. ● refouler (synonymes) verbe transitif Repousser quelqu'un, un groupe, les faire reculer par la force...
Synonymes :
Empêcher une réaction de s'extérioriser ou refuser de laisser s'exprimer...
Synonymes :
- étouffer
- réprimer
Contraires :
- extérioriser
refouler verbe intransitif Ne pas s'enfoncer sous les coups, en parlant d'une cheville, d'un pieu. ● refouler (synonymes) verbe intransitif Ne pas s'enfoncer sous les coups, en parlant d'une cheville...
Synonymes :

refouler
v. tr.
d1./d TECH Refouler une pièce de métal, en élargir à chaud la section, en la comprimant.
d2./d Faire reculer. Refouler un train.
Repousser (un fluide). Pompe refoulante.
d3./d Faire reculer, refluer (des personnes). Refouler les envahisseurs.
d4./d Fig. Faire rentrer en soi (l'expression d'un sentiment, d'un désir). Refouler ses larmes, sa colère.
d5./d PSYCHAN Rejeter dans son inconscient.

⇒REFOULER, verbe
I. — Fouler de nouveau.
A. — Fouler de nouveau quelque chose (à l'aide des mains, des pieds, d'un outil). Refouler une étoffe. Refouler du drap, des peaux, du cuir. Refouler la vendange (Ac. 1935).
B. — Empl. pronom. réfl. Se faire une nouvelle foulure. Se refouler la cheville, le poignet. (Dict. XXe s.).
II. — Pousser avec force en arrière.
A. — [Le compl. d'obj. désigne des choses concr.]
1. [Avec idée de compression]
a) TECHNOL. Refouler un morceau de fer. ,,Le placer debout, après l'avoir chauffé, et le frapper en tête avec un marteau pour le renfler et le grossir`` (JOSSIER 1881). Les forgerons refoulent une pièce de fer pour faire un renflement ou une embase (VIRMAITRE, Dict. arg. fin-de-s., Suppl., 1899, p. 160). Refouler l'éponge. ,,Frapper une des extrémités du fer à cheval pour lui donner une forme carrée`` (Mots rares 1965).
b) MÉD. Comprimer. La compression est un moyen chirurgical à l'aide duquel on agit sur les tissus en les refoulant. Ce refoulement peut avoir lieu tantôt de dehors en dedans, et alors il constitue la compression proprement dite; tantôt de dedans en dehors: dans ce cas, il prend le nom de dilatation ou de tamponnement (NÉLATON, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 45).
2. [Avec idée de déplacement en arrière]
a) [Le compl. d'obj. désigne un liquide (ou un élément gazeux)] Faire aller dans la direction de son point de départ en exerçant une pression en sens inverse du courant normal. Ce batardeau refoula les eaux jusque dans les maisons (Ac. 1935). Au fond de cette vallée étroite, et qui semble à cent lieues de la mer, la Vilaine était refoulée rapidement par la marée montante (STENDHAL, Mém. touriste, t. 2, 1838, p. 2). Ses traits ne portaient pas l'empreinte de cette émotion profonde qui refoule le sang au cœur et décolore le front et les joues (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 670).
[Le compl. d'obj. désigne un fluide dans une tuyauterie] Quand on abaisse la pression du gaz, l'espace sombre de Crookes et la gaine s'élargissent, refoulant vers l'anode et hors du tube la colonne positive (Mme P. CURIE, Isotopie, 1924, p. 71):
1. Le dispositif de Voltri consistait en un flotteur de 60 cm de diamètre solidaire d'un piston plongeur. Lorsque la mer montait, dans le puits du flotteur, celui-ci était soulevé et le piston montait en refoulant l'eau dans une colonne montante.
ROMANOVSKY, Mer, source én., 1950, p. 118.
Refouler le courant, la marée. Naviguer (ou nager) à contre-courant. Ma seule espérance avait été qu'elle [notre biscayenne] pourrait refouler le courant (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 172).
Empl. abs. [Suivi d'un compl. de lieu] La marée, qui commençait à monter, refoulait jusque dans le port (FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p. 171).
Cheminée qui refoule (la fumée). Cheminée qui aspire incomplètement la fumée. Vent qui refoule (dans la cheminée). Le feu tirait à ravir!... Quand le vent était bien placé on aurait brûlé la baraque!... Mais si il changeait de direction alors il refoulait dans la tôle!... On étouffait dans la fumée! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 650.)
b) TECHNOL. Refouler une cheville. ,,La faire sortir de force du trou qu'elle occupe en la repoussant avec une broche de fer sur la tête de laquelle on frappe avec un marteau`` (JOSSIER 1881). Refouler un boulon. ,,Le faire entrer ou le faire sortir de force`` (JOSSIER 1881).
c) ARTILL. ,,Assurer le chargement d'un canon à l'aide du refouloir`` (Ac. 1935). Refouler la charge, le projectile d'un canon.
d) CH. DE FER. Refouler un train. Le faire reculer à l'aide de la locomotive. Les voies affectées au transport des marchandises doivent être disposées de telle façon que les trains puissent y refouler ou y prendre des wagons aussi bien dans une direction que dans l'autre (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 2, 1894, pp. 279-280).
3. P. ext.
a) Repousser. Au moment de l'inspiration, le diaphragme en se contractant s'aplatit et s'abaisse, en même temps qu'il refoule en bas et en avant les viscères abdominaux (BARATOUX, La Voix, 1912, p. 53). Le Diplodocus marchait sur une terre couverte d'une végétation serrée dans laquelle l'animal avait à se frayer un passage; la résistance des plantes en refoulant son tronc allongeait son cou (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 544).
b) Faire disparaître. D'autres [spécialistes] traitent les affections cutanées, refoulent des eczémas chez des vieillards qui deviennent, aussitôt guéris, gâteux ou fous (HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 159).
B. — [Le compl. d'obj. désigne des pers. (ou des animaux)]
1. [Le suj. désigne un animé] Faire reculer. Synon. chasser, repousser. Refouler l'ennemi, des envahisseurs, les fuyards, les barbares, des immigrants, des réfugiés; ils ont été refoulés à la frontière. Les soldats refoulaient le peuple au coin des rues (HUGO, Légende, t. 6, 1883, p. 120).
Au fig. Les hommes d'État jésuites veulent nous refouler dans la barbarie du Moyen Âge en renouvelant des lois sanguinaires contre le sacrilège (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 178).
Empl. pronom. Tous se refoulèrent vers le corridor. Un large vide se fit au milieu du galetas (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 965).
Au fig. Se refouler sur soi-même, à l'intérieur. Se refermer, se replier sur soi-même. Je lis peu, je sors peu, je me refoule à l'intérieur (E. DE GUÉRIN, Journal, 1835, p. 92). De l'orgueil de la France, il [V. Hugo] va au cœur de la France. C'est le génie de notre race qui se refoule en elle-même: après qu'il s'est répandu dans le monde, il revient à son centre (BARRÈS, Déracinés, 1897, p. 522).
VÉN. Refouler les chiens. ,,Faire retourner les chiens sur leurs pas`` (LITTRÉ).
2. [Le suj. désigne un inanimé] Qqc. refoule qqn. Quelque chose oblige quelqu'un à fuir pour se mettre à l'abri. L'air brûlant, un vent glacial, une pluie battante les refoulent.
Au fig. Ce vent pluvieux semblait nous refouler en nous-mêmes et nous crier: « Hâtez-vous de vous dire tout ce qui n'a jamais été dit dans vos cœurs et tout ce qui doit être dit avant que l'homme et la femme meurent, car je suis la voix des mauvais jours qui approchent et qui vont vous séparer » (LAMART., Raphaël, 1849, p. 190).
C. — [Le compl. d'obj. désigne qqc. d'abstr.]
1. Repousser. Tantôt la bourgeoisie révolutionnaire a sombré, entraînant avec elle le prolétariat. Tantôt la bourgeoisie révolutionnaire victorieuse a eu la force de contenir, de refouler le mouvement prolétarien (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p. XXXII). Ce n'est qu'à l'aurore du XIXe siècle que le pullulement des sectes, en refoulant au second plan la doctrine de la prédestination, a permis l'éclosion du mouvement missionnaire parmi les protestants (Philos., Relig., 1957, p. 46-1).
2. ,,Empêcher une pensée ou un sentiment de s'établir dans la conscience, ou du moins inhiber sa manifestation`` (FOULQ.-ST-JEAN 1962). Synon. brider, comprimer, contenir, contraindre, enrayer, étouffer, ravaler, rejeter, rentrer, réprimer, retenir; anton. assouvir, défouler, exprimer, extérioriser. Refouler un désir, sa colère, son orgueil, son émotion, des tendances, des instincts, ses sentiments (FOULQ.-ST-JEAN 1962). Tantôt il était porté à des épanchements extraordinaires, et tantôt il refoulait tous ses élans en lui-même, avec une profonde souffrance et une sorte d'effroi (SAND, Jeanne, 1844, p. 253). Je vis ses lèvres se fermer, se serrer comme pour s'opposer à une pression intérieure, comme pour refouler en elle-même des pensées qu'elle me cacherait désormais et se refuserait à me laisser combattre (GIDE, Robert, 1930, p. 1328).
Empl. pronom. L'illusion au cœur bientôt se refoulait; Ce n'était sous leurs pieds qu'un gravier qui coulait (LAMART., Chute, 1838, p. 1068).
3. PSYCHANAL. ,,Interdire inconsciemment l'accès de la conscience à des souvenirs, à des pensées, à des sentiments ou à des désirs en désaccord avec ses aspirations profondes ou avec les exigences du surmoi`` (FOULQ. 1971):
2. MADEMOISELLE ANDRIOT: (...) C'est sûrement un refoulé. CHRISTINE: Un refoulé? Oh! bien, il n'en a pas l'air. MADEMOISELLE ANDRIOT: Mais justement, c'est la preuve! CHRISTINE: Et il refoule... quoi? MADEMOISELLE ANDRIOT: Ah! ça, je ne sais pas. D'ailleurs, ce qu'on refoule, cela n'a pas d'importance. Ce qui est important, c'est d'être un refoulé. Et il en est un.
MONTHERL., Celles qu'on prend, 1950, II, 4, p. 801.
D. — Arg. [Le suj. désigne qqn ou qqc. qui repousse les autres par une mauvaise odeur] Ramon était rentré dans la chambre [de Marcel] par hasard, pour voir un peu le gourbi. Ça puait terrible là-dedans. Ça refoulait la pisse et le foutre (B. DARY, Les Beaux bars, 1973, p. 78 ds CELLARD-REY 1980).
Refouler du corridor. ,,Sentir mauvais de la bouche, avoir mauvaise haleine`` (SANDRY-CARR. 1963).
Refouler au turbin. ,,Fuir le travail`` (FRANCE 1907).
Refouler sur le bouleau. ,,Paresser`` (RIGAUD, Dict. arg. mod., Suppl., 1888, p. 399).
III. — Empl. intrans.
Rare. Reculer sous l'effort d'une pression. Synon. plus cour. refluer:
3. C'est l'ordre que le père meure avant les enfants.
Il pense à eux, par une grâce de Dieu, aussitôt le sang lui refoule au cœur.
Et le réchauffe tellement.
Et lui reflue dans tous les membres jusqu'au bout des doigts.
Tellement que s'il avait bu un bon verre de vin de Meuse.
PÉGUY, Porche Myst., 1911, p. 187.
TECHNOL. ,,Signifie quelquefois, Résister aux coups, refuser de pénétrer, ressortir au lieu d'entrer: c'est dans ce sens qu'on dit d'un pieu ou d'une cheville qui ne veut pas entrer, qui même parfois revient sous le coup: il refoule, elle refoule`` (JOSSIER 1881). Clou, vis qui refoule.
Prononc. et Orth.:[], (il) refoule [-ful]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1175 intrans. « refluer (de la mer) » (Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 21491); b) 1611 trans. « pousser la poudre avec le refouloir » (COTGR.); c) 1770 (RAYNAL, Hist. phil., XIX, 9 ds LITTRÉ: le christianisme refoula dans l'Europe pour s'y concentrer); d) 1831 trans. « refouler (des sentiments) » (BALZAC, Peau chagr., p. 94); e) 1905 psychanal. (E. CLAPARÈDE, c.r.: FREUD in Arch. de psychol., t. 5, p. 180 ds QUEM. DDL t. 29: processus psychiques refoulés de la conscience); f) 1923 (J. RIVIÈRE, in NRF, n ° 118, p. 98 ds QUEM. DDL t. 21: êtres contraints, refoulés ou pervertis); 2. 1260 « fouler à nouveau (du drap) » (ETIENNE BOILEAU, Métiers, éd. Lespinasse et Bonnardot, p. 160). Dér. de fouler; préf. re-; cf. fin XIe s. judéo-fr. refoler « fouler de nouveau » (RASCHI, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 122). Fréq. abs. littér.:474. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 332, b) 603; XXe s.: a) 804, b) 922. Bbg. QUEM. DDL t. 29.

refouler [ʀ(ə)fule] v.
ÉTYM. Fin XIe; comp. de re-, et fouler.
———
I V. tr. Fouler de nouveau. || Refouler une étoffe, du drap.(Surtout à la forme pron.). || Il s'est refoulé la cheville.
———
II V. tr. Fouler, pousser en arrière.
1 Techn. Comprimer, repousser (le plus souvent, avec un outil percutant : marteau rivoir, bouterolle, etc.). Mater. || Refouler le fer d'un rivet.
2 Pousser en arrière, faire reculer(Fin XIXe). Ch. de fer. || Refouler un train : le faire reculer en le poussant avec la locomotive.
1 (…) il y eut un choc, le train recula de quelques mètres : c'était la machine qui refoulait les premiers wagons sur celui qu'on venait d'ajouter, le 293, pour avoir un coupé réservé.
Zola, la Bête humaine, I.
(XVIIIe). || Refouler un fluide. || Pomper et refouler un liquide (→ aussi Générateur, cit. 5). || Un vertige qui refoula le sang vers son cœur (→ Évanouir, cit. 26). Refluer (faire).(1680). Mar. (vx). || Refouler le courant, la marée, se dit d'un navire qui s'avance contre le courant.
3 (1824). Faire reculer, refluer (des personnes). || Refouler des envahisseurs, l'armée ennemie. Battre, chasser, repousser (→ Culbuter, cit. 3.3). || La cavalerie fut refoulée dans le bois (→ Assaillant, cit. 1). || Refouler des immigrants, des réfugiés, des indésirables. Bannir. || Ils ont été refoulés à la frontière.L'air glacé (cit. 8) les refoula dans le hall. || À l'heure où Paris refoule le peuple des banlieues (→ Bouche, cit. 27).
2 (…) la Gaule, de concert avec Rome, avait dû refouler de nombreuses invasions : annonce des luttes que la France de l'avenir aurait à soutenir contre l'Allemagne.
J. Bainville, Hist. de France, I, p. 17.
(Plus rarement, en parlant d'une seule personne). Faire reculer, et, fig., rejeter, repousser.
3 Il avait pour concurrent un fabricant fort riche, qu'il fallait absolument refouler à la place de second adjoint.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XVII.
4 (Fin XVIIIe). Faire rentrer en soi ce qui veut s'extérioriser, s'exprimer. Comprimer, concentrer (vx), contenir, contraindre, dissimuler, étouffer, refréner, rentrer, réprimer, retenir… || Refouler sa colère, son désir, la nature (→ Habiter, cit. 8).
4 Les nobles sentiments refoulés au fond des cœurs se réveillèrent.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 2.
Psychan. et cour. Rejeter, éliminer inconsciemment (un désir, une idée…). Refoulement. || Refouler son agressivité.
5 Il ne lui suffirait pas, sans doute, que nos secrets fussent refoulés dans l'inconscient : il (Faulkner) rêve d'une obscurité totale au cœur même de la conscience, d'une obscurité totale que nous ferions nous-même, en nous-même.
Sartre, Situations I, p. 13.
6 (…) il (Joseph de Maistre) aura manifesté une autre part de lui-même que celle qui éclate dans ses écrits et qui est horrible. Ce n'est pas toujours le pire que nous refoulons.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 312.
———
III V. intr.
1 Vx. Reculer sous l'effort d'une pression. Refluer.
2 Refouler (II., 2.) les liquides. || Tuyauterie qui refoule. — ☑ Fig. et pop. Refouler, refouler du goulot : avoir mauvaise haleine. → Puer (du bec).
——————
refoulé, ée p. p. adj.
1 (V. 1268). Vx. (De refouler, I.). || Drap refoulé.
2 (De refouler, II.). || Fer refoulé.Émigrants refoulés (à la frontière).
3 (De refouler, II., 4.). || Passion refoulée depuis des années (→ Assouvir, cit. 11). || Révolte refoulée (→ Étouffer, cit. 34; inassouvi, cit. 5).Spécialt. 2. Refoulé.
CONTR. Aspirer, attirer. — Admettre. — Assouvir, exciter, exprimer. — Défouler.
DÉR. 2. Refoulé, refoulement, refouleur, refouloir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • refouler — aux pieds, Recalcare. aidez vous de Fouler, en Foule. Refouler le trenchant de quelque chose, Hebetare, Retundere, Obtundere. Se refouler et devenir mouce, Hebescere. Refoulé, Obtusus, Hebes. Estre refoulé, Hebere …   Thresor de la langue françoyse

  • refouler — (re fou lé) v. a. 1°   Fouler de nouveau. Refouler une étoffe. 2°   Terme d artillerie. Enfoncer et presser dans le fond du canon la charge qui doit chasser le projectile. 3°   Terme de marine. Repousser avec une broche de fer une cheville qu on… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • REFOULER — v. a. Fouler de nouveau. Refouler une étoffe. Refouler la vendange. REFOULER, signifie aussi, tant au propre qu au figuré, Faire refluer ; ou neutralement, Refluer, retourner en arrière. Ce batardeau refoula, fit refouler les eaux jusque dans les …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • REFOULER — v. tr. Fouler de nouveau. Refouler une étoffe. Refouler la vendange. Il signifie aussi, tant au propre qu’au figuré, Repousser, faire refluer. Ce batardeau refoula les eaux jusque dans les maisons. La marée refoule. Il refoula ces hordes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • refouler — vt. refolâ (Aix), (a)rfolâ (Albanais.001, Villards Thônes). A1) refouler, repousser : rpeussâ (001). A2) refouler, comprimer, (ses larmes) ; faire un refoulement psychologique : rètnyi <retenir>, rintrâ <rentrer>, gardâ <garder> …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Refouler — Refoulement Pour les articles homonymes, voir Refoulement (homonymie). Le refoulement est un des concepts majeurs de la psychanalyse développés par Sigmund Freud. Sommaire 1 Mécanisme de défense 1.1 …   Wikipédia en Français

  • refouler — v.i. Sentir mauvais de la bouche, repousser …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • REFOULEMENT — Opération constitutive de l’inconscient, le refoulement a été repéré par Freud dès ses premières observations cliniques. Il consiste à maintenir ou à repousser dans l’inconscient des représentations liées à des pulsions, capables, si elles… …   Encyclopédie Universelle

  • refouloir — [ r(ə)fulwar ] n. m. • 1575; de refouler ♦ Anciennt Cylindre muni d une hampe qui servait à refouler la charge dans les canons se chargeant par la bouche. ● refouloir nom masculin Tige munie d une tête cylindrique qui sert soit à refouler le… …   Encyclopédie Universelle

  • refoulé — refoulé, ée [ r(ə)fule ] adj. et n. • 1905; de refouler 1 ♦ Psychan. Qui a subi un processus de refoulement. Pulsion refoulée et sublimée. Conflits affectifs refoulés. N. m. Ce qui est refoulé. Retour du refoulé. 2 ♦ Fam. Se dit d une personne… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.